Coton

Le coton bio, matière première du futur ?

Le coton bio utilisé par VEJA est produit par des associations d’agriculteurs d’Amérique du Sud (Brésil, Pérou,…) qui le cultivent dans le respect de l’homme et de l’environnement. Il est ensuite acheté selon les principes du commerce équitable, avant d’être tissé pour former la toile et les tiges de nombreux modèles de VEJA.

180 tonnes de coton bio depuis 2004

Depuis le lancement du projet VEJA en 2004, plus de 180 tonnes de coton organique et équitable ont été achetées, directement auprès des producteurs et coopératives autour de Taua, un village situé dans la région nord-est du Brésil. Nous avons passé du temps avec eux, avons compris autant que possible les problèmes auxquels ils sont confrontés tous les jours et l’impact positif de l’agroécologie sur le terrain.

En 2015, la région a été touchée par une sécheresse qui a tué toutes les fleurs de coton. Pour faire face à cette pénurie, nous avons utilisé du coton recyclé pour produire nos chaussures.

Pour l’année 2018, nous avons acheté, en avance, 34 000 kg de coton bio provenant de plus 190 familles.

Achat coton plume par Veja :

  • 2005 : 2 tonnes
  • 2006 : 3 tonnes
  • 2007 : 6 tonnes
  • 2008 : 19 tonnes
  • 2009 : 22,5 tonnes
  • 2010 : 12,5 tonnes | 2 tonnes perdues dans un incendie
  • 2011 : 25 tonnes | 6 tonnes perdues dans un accident
  • 2012 : 5,8 tonnes | importante sécheresse
  • 2013 : 16 tonnes | importante sécheresse
  • 2014 : 6 tonnes
  • 2015 : 5 tonnes
  • 2016 : 7,7 tonnes
  • 2017 : 18,6 tonnes | dont 12 tonnes achetées au Pérou
  • 2018 : 34 tonnes | dont 27 tonnes achetées au Pérou

Travailler directement avec les producteurs

L’ADEC (Associação de Desenvolvimento Educacional e Cultural de Tauá) est la principale association de producteurs du Nordeste brésilien avec laquelle nous travaillons depuis plus de 10 ans. Elle permet aux agriculteurs de mettre en commun leurs récoltes pour mutualiser les coûts de transformation du coton (filage, tissage).

Traiter en direct avec l’ADEC permet de réduire les intermédiaires et ainsi d’accroître la rémunération des producteurs. Le prix du coton plume est fixé à l’avance, en partenariat avec les familles. Ainsi, lorsqu’il plante son coton, un agriculteur de l’ADEC sait déjà combien il vendra le kilo.

En 2017, nous avons acheté le kilo de coton bio 3,04€, quand le cours mondial est à 1,73€, soit près de 90% de plus que le prix du marché

Ce prix couvre les coûts de production du coton agroécologique et permet aux producteurs de dégager un revenu raisonnable.

Une prime de commerce équitable de 0,5€ par kilo est également versée à l’association à la fin de la récolte. Cette prime est utilisée collectivement pour améliorer la vie des producteurs sur le terrain. En 2007 et 2009 elle a servi à payer les labellisations biologique et équitable.

Labellisation IBD 2007 (lien http://ibd.com.br/en/IbdOrganico.aspx)

Afin d’améliorer notre impact social et environnemental, VEJA travaille avec des ONG qui accompagnent les producteurs de coton bio. ESPLAR est une ONG brésilienne basée à Fortaleza, dans l’état de Ceará. Les ingénieurs agricoles d’ESPLAR fournissent un soutien technique aux producteurs de coton bio et les conseille sur le terrain, pour les aider à adopter l’agro-écologie et protéger leurs récoltes.

En introduisant des arbres de neem, par exemple, ils ont créé une protection naturelle pour les plantes cotonnières. L’huile extraite des fruits du neem crée un répulsif naturel contre les insectes qui attaquent le coton.

Le commerce équitable, fairtrade en anglais, est un des fondements de VEJA. Depuis notre premier voyage au Brésil, nous avons créé des liens commerciaux forts avec nos partenaires, fondés sur le dialogue, la transparence et le respect. Nous croyons que l’économie peut prendre un chemin différent, plus juste, plus équilibré, un chemin où les échanges entre producteurs et consommateurs deviennent plus équitables. En 2006, nous avons initié ce type de partenariat dans le Nordeste Brésilien avec ADEC, (Associação de Desenvolvimento Educacional e Cultural de Tauá), notre partenaire historique pour la culture de coton bio et agroécologique. Organisés en association, les différents agriculteurs mutualisent leurs récoltes et ainsi leurs coûts de transformation du coton. Traiter directement avec ADEC nous permet deux choses essentiels aux principes du commerce équitable : réduire les intermédiaires et donc augmenter la rémunération des producteurs en fixant le prix en accord avec les familles de producteurs pour dans des contrats de 3 ans. En 2017, nous avons acheté notre coton en moyenne 5 fois plus cher que le prix du marché fixé par la bourse à Chicago. En plus de cela, nous versons une prime de 0,5€ par kilo de coton qui leur permet d’obtenir un revenu raisonnable tout en appliquant les principes de l’agroécologie. Une prime de commerce équitable est aussi versée à l’association en fin de récolte, elle permet l’amélioration des conditions de travail des producteurs dans leur globalité, c’est d’ailleurs grâce à cette prime que ADEC a obtenu les labellisations biologique et équitable en 2007 et 2009.

A post shared by VEJA – OFFICIAL ACCOUNT (@veja) on

Lorsque VEJA achète le coton, il se présente généralement sous la forme de grandes balles de boules de coton. Il est ensuite expédié, quelque soit sa provenance, dans une coopérative brésilienne pour y être filé, puis tissé. Le coton acheté par VEJA est bio, mais les teintures utilisées pour teindre la toile ne le sont pas – elles respectent cependant la norme européenne REACH.

L’agro-écologie : enrichir la terre au lieu de l’appauvrir.

A la différence des exploitations de coton intensives, le coton agro-écologique est cultivé dans un même champ avec les cultures vivrières, sans engrais chimiques ni pesticides. Le coton est ainsi intégré à la culture du maïs, du sésame et des haricots, qui constituent l’alimentation de base des producteurs

“La polyculture offre une indépendance alimentaire et une préservation de l’équilibre des terres cultivées” Maria Valdenira Rodrigues, Ingénieur agronome salariée de VEJA et affilié au centre de recherche ESPLAR.

Pourquoi utiliser du coton bio ?

VEJA utilise du coton bio équitable car la majorité du coton produit chaque année dans le monde provient d’exploitations mono-culture intensives. En raison du recours massif à l’irrigation et à de grandes quantités de polluants, le bilan écologique de cette culture industrielle est désastreux : le coton conventionnel est la 3e culture consommatrice d’eau de la planète. 5400 à 19000 litres d’eau pour 1 kilo de coton (contre 900 litres pour un kilo de blé). Le Coton dans le monde : 2,5% des surfaces cultivées MAIS 25% des pesticides et 10% des insecticides utilisés dans le monde

 

×

Nous utilisons et plaçons des cookies sur votre ordinateur pour améliorer l'expérience utilisateur sur notre site. Si vous ne changez pas ces préférences, nous considérons que vous acceptez l'utilisation des cookies. Vous pouvez changer à tout moment vos préférences quant à l'utilisation des cookies.
Ne montrez plus ce message