Le récit

Le réel plutôt que la fiction

À l’origine de VEJA, il y a un constat très simple : 70% du coût d’une basket normale de grande marque est lié à la publicité.

Wata Suede

Wata Suede Lookbook Automne-Hiver 2017

© Photo Vincent Desailly

Éliminer la pub, les coûts marketing, se passer d’égérie, de 4 par 3 dans le métro, c’est investir dans le réel plutôt que dans la fiction, c’est remonter le chemin de la production et le changer, c’est passer plus de temps sur le terrain plutôt qu’à inventer des mondes artificiels.

Des baskets
5 fois plus réelles

La chaîne de montage de notre usine de fabricationPorto Alegre, 2017

Fabriquer une VEJA coûte 5 à 7 fois plus cher à produire, parce que les matières premières sont écologiques et achetées selon les principes du commerce équitable, parce que les baskets sont produites dans des usines avec des standards sociaux élevés.

Comme nous avons éliminé la publicité, la basket se vend au même prix que celles des grandes marques concurrentes en magasin.

La chaîne de montage de notre usine de fabrication

La chaîne de montage de notre usine de fabricationPorto Alegre, 2017

V-10 White Nautico Pekin

V-10 Extra White Nautico Pékin Lookbook Printemps - Été 2016

© Photo Vincent Desailly.

Le cœur du modèle VEJA : réallouer, directement en amont de la chaîne de fabrication, les sommes normalement allouées à la publicité.

Les producteurs de matières premières sont ainsi rétribués plus justement, l’impact social et environnemental sont constamment optimisés, et les baskets fabriquées dans le respect de tous.

Le caoutchouc sauvage récolté par les seringueiros

Le caoutchouc sauvage récolté par les seringueirosAmazonie, 2016

© Photos Ludovic Carème

Le caoutchouc sauvage récolté par les seringueiros

Une fleur de coton au moment de la récolteCeará, 2016

© Photos Ludovic Carème

Chez VEJA, au lieu de s’appuyer sur les grosses ficelles de l’influence publicitaire, on préfère s’appuyer sur l’intelligence collective.