Le récit

Les limites de VEJA

VEJA est constamment en transformation, et nous sommes conscients qu’il existe de nombreuses limites au cœur même du projet.

Fabrication

Les lacets ne sont pas en coton biologique, faute de volume.
Les oeillets ne contiennent pas de nickel mais sont en métal que nous n’avons pas sourcé.

Ligne de montage du modèle

Ligne de montage du modèle V-12 2011

© Photo Cédric Amiot

Ligne de montage du modèle

Ligne de montage du modèle V-12 2011

© Photo Cédric Amiot

Balles de coton bio et agroécologique d'ADEC

Balles de coton bio et agroécologique d'ADECCeará, 2016

© Photo Studio VEJA

Tannerie

Tannerie2011

© Photo Cédric Amiot

Coton bio / agroécologie

Nous achetons du coton bio depuis 2005. A partir de 2015, les sécheresses et les attaques d’insectes ont détruit les productions de coton dans le Nordeste brésilien. Entre 2015 et 2017, nous avons donc utilisé du coton recyclé comme alternative pour pouvoir produire toutes nos baskets.

Depuis 2017, tout le coton utilisé est bio. Et pour diversifier les sources de production, nous travaillons désormais avec des producteurs péruviens.

Paradis fiscaux

Depuis le début de VEJA, nous avons toujours essayé de privilégier des banques qui n’ont pas de filiale dans les paradis fiscaux. Ainsi, la NEF a toujours été notre partenaire pour financer notre activité, et nous travaillons aussi avec le Crédit Coopératif.
En revanche, notre site internet de vente en ligne s’appuie encore sur des partenaires bancaires ayant des filiales dans les paradis fiscaux. En effet, VEJA vend partout dans le monde, et ce niveau de service n’existe pas avec nos partenaires bancaires habituels.

Teinture

Les pigments utilisés pour teindre le cuir, le caoutchouc et le coton ne sont pas des produits naturels.

Nous avons utilisé des teintures naturelles à base de plantes et de minéraux en 2012 & 2013 sur 40% de la production, mais la qualité des couleurs rouges n’étaient pas à la hauteur de nos standards.

Pour obtenir une couleur stable, sans déteinte, VEJA doit pour l’instant utiliser des teintures conventionnelles, mais qui respectent la norme européenne REACH .

Labellisation Fairtrade

Pourquoi avons-nous décidé d’arrêter la certification Fairtrade ?

En 2012 et 2013, la certification commerce équitable de notre filière coton a coûté 25000 euros. Sur la même période, nous avons acheté pour près de 62000 euros de coton bio aux différents producteurs avec lesquels nous travaillons.

La certification coutait plus de 30% de la somme totale, alors que le cœur du projet VEJA est d’acheter directement aux producteurs de coton, caoutchouc, que le maximum de la valeur économique soit destiné aux producteurs. Depuis 2004, l’équipe VEJA organise les relations directes avec les associations de producteurs sur les principes du commerce équitable. Passer par Max Havelaar nous semblait intéressant pour valider nos process, avoir un regard tiers. Lors de nos différentes rencontres, l’équipe Max Havelaar France fut impressionnée par notre travail sur le terrain, ils nous disaient : « VEJA est la seule marque au monde qui fait ce boulot là ». Au bout de 3 ans de collaboration, le coût du label nous donnait le vertige alors que le travail était effectué par l’équipe VEJA sur le terrain.

Tannerie

© Photo Studio VEJA

La labellisation Max Havelaar ne convenait pas à de trop petits producteurs (entre 30kg et une tonne de production par an), ce qui nous semblait en contradiction avec l’essence même du commerce équitable : rééquilibrer le commerce avec les 25% des agriculteurs les plus défavorisés de la planète.

Nous avons beaucoup de respect pour le travail de Max Havelaar sur le terrain, il n’était simplement pas en adéquation avec notre projet.

Nous avons donc décidé de ne plus collaborer avec cet organisme. Mais la donne pourrait changer si Max Havelaar calibrait une certification calculée en pourcentage.

Cuir

De 2008 à 2015, 100% du cuir VEJA était du cuir tanné végétal.
Depuis 2015, le coût prohibitif et la qualité nous ont fait revenir en arrière.

Aujourd’hui, le tannage végétal est utilisé sur 10% des modèles VEJA. Tous nos cuirs sont aujourd’hui testés et respectent les normes REACH , ils ne contiennent pas de chrome VI.

1 modèle de VEJA sur 4
est 100% vegan.

Sur les 81 modèles de la collection 2018,
20 modèles ne contiennent aucun élément d’origine animale.

Nous cherchons activement une alternative au cuir avec des matériaux écologiques.

Recyclage

Le recyclage des baskets n’est toujours pas mis en place, nous recherchons activement des solutions pour arriver à une solution "cradle to cradle", un recyclage à 100%.

Sélection des peaux pour tannage

Sélection des peaux pour tannagePorto Alegre, 2011

© Photos Cédric Amiot

Languettes du modèle Esplar après sérigraphie

Languettes du modèle ESPLAR après sérigraphiePorto Alegre, 2015

© Photo Studio VEJA

Durabilité

Travailler avec des matériaux naturels peut parfois être une concession au niveau de la durabilité. Notre objectif est qu’une paire de VEJA dure encore plus longtemps.

Est-ce qu’une semelle avec du caoutchouc sauvage est plus résistante qu’une semelle de basket traditionnelle constituée de plastique ? Est-ce qu’utiliser du cuir est plus écologique que d’utiliser du plastique constitué à 98% de pétrole ? Est-ce qu’une toile de coton bio est plus résistante qu’une toile en coton traitée avec des pesticides ? Si nous arrivons à répondre oui à ces questions, le pari sera gagné.

Surconsommation

Bien que nous soyons fiers de nos baskets et de la manière dont nous les fabriquons, nous nous posons des questions. A-t-on vraiment besoin d'acheter autant de paires de chaussures ? Nous sommes bien conscients que notre produit fait partie de ce qu’on appelle “la mode”, mais est-il vraiment nécessaire de pratiquer un tel fétichisme ? D’avoir toujours le dernier modèle ?

Lookbook Printemps-Éte 2017

Lookbook Printemps-Éte 2017Centre National de la Danse

© Photo Vincent Desailly

Gouvernance

VEJA est une SARL, les 2 fondateurs sont les seuls actionnaires.

En terme de gouvernance, nous avons choisi de rester dans ce qui peut paraître archaïque pour une entreprise qui grandit, car nous pensons que la démocratie peut être soluble dans le capitalisme: ainsi, est-ce que faire entrer des investisseurs dans le capital de VEJA ne risque pas de nuire à la cohérence du projet ?