Chapitres

Notre site utilise des cookies afin de vous fournir la meilleure expérience possible

Caoutchouc

" Au début, je pensais que je me battais pour sauver les hévéas...

Chico Mendes était un militant majeur de la lutte pour la protection de la forêt amazonienne. Il fut assassiné par des propriétaires de terre en raison de ses convictions.

Chico Mendes et sa femme, Ilzamar Mendes

Dans leur maison à Xapuri dans l’état de l’Acre au Brésil en 1988

©Miranda Smith, Miranda Productions, Inc.

Maison occupée par une famille de seringueiros

Réserve Chico Mendes en Amazonie, 2021

©Studio VEJA

L'une des principales matières premières de VEJA est le caoutchouc d'Amazonie.

Plus de 1953 tonnes de caoutchouc amazonien ont été achetées entre 2007 et fin 2021.

VEJA l'achète 4 fois le prix du marché.

Les zones entourant les familles de producteurs de caoutchouc sont protégées depuis.

Ce matériau est utilisé dans la semelle de chaque basket. Nous achetons le caoutchouc directement auprès de coopératives formées par des familles de seringueiros (récolteurs de caoutchouc).

Les semelles de VEJA sont composées de 20 à 40 % de caoutchouc amazonien.

Le prix final payé par kilo de CVP (caoutchouc semi-transformé) est 4 fois plus élevé que le prix du marché.

Aujourd'hui, le prix du marché pour un kilo de CVP (caoutchouc semi-transformé) est de 2,50 R$.

En 2021, VEJA a payé 10,50 R$ par kilo aux récolteurs de caoutchouc.

Dans le cadre de la certification Fair for Life, les associations et coopératives reçoivent un bonus supplémentaire.

Il s'élève à 0,45 R$ par kilo de CVP (caoutchouc semi-traité) produit en 2020, afin d'investir dans des projets de développement.

Ce caoutchouc a été certifié en 2019 grâce au soutien de VEJA pour améliorer les conditions de vie des récolteurs de caoutchouc et protéger la forêt amazonienne.

Caoutchouc amazonien (CVP)

©Studio VEJA

Notre objectif est de valoriser la valeur économique de la forêt pour la protéger.

Notre caoutchouc a été certifié Fair for Life en 2019 grâce au soutien de VEJA pour améliorer les conditions de vie des récolteurs de caoutchouc et protéger la forêt amazonienne.

Fair for Life est un programme de certification soutenu par Ecocert. Depuis 30 ans, Ecocert soutient les organisations par la formation, le conseil et la certification.

La certification Fair For Life garantit notamment des relations commerciales durables et directes, des prix équitables, de bonnes conditions de travail et l'interdiction du travail forcé.

En 2020, 22 associations et coopératives avec lesquelles VEJA travaille dans la forêt amazonienne ont été certifiées. En soutenant les familles de producteurs, nous garantissons la qualité des matériaux que nous utilisons dans nos baskets et leur offrons de bonnes conditions de travail et de vie.

Localisation GPS des producteurs de caoutchouc

Caoutchouc amazonien acheté par VEJA

(kg par année)

00:00

Welcome
to the jungle

Voyage d'équipe VEJA dans la réserve de Chico Mendes

©Video Studio VEJA

L'Amazonie est le seul endroit sur Terre où l'hévéa pousse à l'état sauvage. Dans l'État brésilien de l'Acre, les seringueiros (récolteurs de caoutchouc) récoltent le caoutchouc utilisé dans les semelles VEJA.

Les seringueiros vivent dans la forêt et en dépendent pour leur survie.

Pendant la saison du caoutchouc, entre avril et novembre, ils se frayent un chemin dans la forêt. Ils ont l'autorisation d'exploiter les hévéas en suivant un chemin qu'ils sont les seuls à connaître.

Ce circuit permet aux arbres de se régénérer. En moyenne, chaque seringueiro récolte 400 kilos de caoutchouc par saison.

Un seringueiro saignant les hévéas, les arbres à caoutchouc

Amazonie, 2021

©Studio VEJA

00:00

Depuis 2007, VEJA travaille avec Amopreab. Cette association coordonne la production de caoutchouc et rémunère les seringueiros de la réserve Chico Mendes.

Aujourd'hui, plus de 1200 familles représentées par plusieurs associations font partie de notre projet.

En 2019, VEJA a commencé à travailler avec Partnership Forests (P4F), un fonds britannique qui soutient la conservation des forêts. Grâce à P4F, nous avons élaboré un plan d'action pour aider à la conservation des forêts.

Nous avons commencé à travailler avec 200 nouvelles familles de producteurs et avons mis en place un système de surveillance pour analyser les taux de déforestation.

Nous versons des primes aux familles qui préservent la forêt amazonienne.

Grâce à ce nouveau protocole, VEJA garantit que le caoutchouc provient d'une source responsable et aide ces producteurs à avoir un revenu plus élevé. (source : étude UFAC dans le RESEX Chico Mendes)

Sebastião dos Santos Pereira, l'enfant de la forêt devenu responsable de la filière caoutchouc VEJA.

Sebastião dos Santos Pereira

©Studio VEJA

Sebastião a grandi dans une communauté de l'Amazonie en regardant son père travailler comme récolteur de caoutchouc.

À 25 ans, Sebastião a commencé ses études d'ingénieur forestier et a obtenu son diplôme en 2015.

Depuis 2017, il fait partie de l'équipe de VEJA en tant que chargé de la chaîne d'approvisionnement en caoutchouc d'Amazonie de VEJA.

Sebastião continue de sensibiliser sur l'élevage en forêt tout en donnant de meilleurs moyens de subsistance à ceux qui y vivent. Aujourd'hui, VEJA travaille avec plus de 1200 familles de sereingueiros (récolteurs de caoutchouc) qui récoltent du caoutchouc naturel grâce au travail quotidien de Sebastião sur le terrain.

Son équipe et les représentants des agriculteurs discutent pour trouver les moyens d'atteindre le bon prix à la fois pour les producteurs et les coopératives, tout en respectant les principes du commerce équitable.

Raimundão est un récolteur de caoutchouc, un grand leader et aussi le cousin de Chico Mendes

Raimundão Mendes de Barros, est né en 1945 à Seringal Santa Fé, dans la municipalité de Xapuri, dans l'État de l'Acre.

Raimundão est un récolteur de caoutchouc, un grand leader et aussi le cousin de Chico Mendes. Il a participé au mouvement pour les droits fonciers et accès aux terres dans les années 80, avec Chico Mendes et ses camarades.

A cette époque, il y avait une multitude de propriétaires s'appropriant les terres des récolteurs de caoutchouc pour élever du bétail. Cette lutte a conduit à l'assassinant de Chico Mendes et à la création de réserves extractives.

À 76 ans, Raimundão affirme que ses connaissances ne sont que le reflet de que lui a transmis son père.

Pendant son enfance, son père lui a toujours dit qu'il ne devait jamais détruire les forêts et ne planter dans les champs qu'en fonction de ses besoins. Dès son jeune âge, il fut conscient que la forêt devait rester debout.

Raimundão

Réserve de Chico Mendes

©Studio VEJA